Avant de partir pour ce voyage autour du monde, nous avions défini les pays dans lesquels nous avions envie de poser nos sacs mais avions très peu d’idées précises sur des itinéraires ou des lieux que l’on ne voulait pas manquer à l’exception de la Grande Muraille de Chine. La muraille de Chine sur laquelle nous rêvions de passer la nuit et y marcher seuls tel des grands aventuriers.

Impressionnant et émouvant paysage de la Grande Muraille de Chine

Impressionnant et émouvant paysage de la Grande Muraille de Chine

La plus longue construction humaine du monde à en effet de quoi fasciner avec ses plus de 6500 km au nord de la Chine et son histoire datant de plusieurs millénaires. Récemment une étude menée, avec des outils technologiques modernes, par l’administration d’état chargée du patrimoine culturelle a rallongé l’édifice et mesuré 8851 km de muraille dont 6259 km de murs, 359 km de tranchés et 2232 km de barrières naturelles comme les montagnes et les rivières.

La muraille de Chine mesure en moyenne 6 à 7 mètres de haut et 4 à 5 mètres de large

La muraille de Chine mesure en moyenne 6 à 7 mètres de haut et 4 à 5 mètres de large

Les premières traces de la muraille remonteraient au 5ème siècle avant J.C. sous forme de murs discontinus de terre édifiés par les royaumes combattants qui divisaient la Chine pour se protéger les uns des autres. Mais c’est à la période des Ming (16ème siècle) que la muraille est façonnée de briques et pierres en dispositif de défense monumentale sur de longues distances pour se protéger des Mandchous et Mongols venus du nord. Depuis le 18ème siècle, la grande muraille est devenue le symbole du pays, mais c’est seulement dans les années 1980 que le site devint protégé (classé au patrimoine de l’UNESCO en 1987) et que commença la restauration de tronçons pour accueillir des touristes.

Aujourd'hui les téléphériques deviennent la norme sur les portions aménagées de la Grande Muraille

Aujourd’hui les téléphériques deviennent la norme sur les portions aménagées de la Grande Muraille

Badaling à 60 km de Pékin a été pendant longtemps le seul point d’accès pour les touristes et est toujours la section la plus visitée avec plus de 50000 visiteurs par jour. Heureusement pour la préservation de ce patrimoine mondiale extraordinaire déjà largement dégradé par l’érosion naturelle, l’envahissement de la végétation et les pillages et guerres du passés, d’autres tronçons sont aujourd’hui restaurés et accessibles.

Muraille en péril ? Eboulement, Envahissement par la végétation, Dégradation par les touristes...

Muraille en péril ? Eboulement, Envahissement par la végétation, Dégradation par les touristes…

Sur certaines portions la végétation reprend ses droits

Sur certaines portions la végétation reprend ses droits

De nombreux voyageurs aspirent à une découverte de la muraille plus sauvage et atypique, ce que l’on peut comprendre, mais souvent au risque de graves endommagements de la muraille. En effet, un bon lot d’auberges de jeunesse et d’agences de voyages de Pékin proposent de dormir sur la muraille, parfois dans de simples campements de fortune dans une tour de guet, sans prendre en compte la gestion des déchets et déjections humaines.

Alors que notre conscience de voyageurs responsables allait nous faire abandonner l’idée de dormir sur la muraille, nous nous somme rappelé d’une affiche mentionnant un hébergement chez l’habitant dans le village de Dongpo à quelques mètres de la muraille de Simatai, à 120 km de Pékin. Et Nico avait eu la magnifique idée de photographier cette affiche juste au cas où.

Terrasse de l'auberge de Dongpo face à la muraille

Terrasse de l’auberge de Dongpo face à la muraille

Nous avons donc finalement pu s’immerger et dormir dans cet environnement extraordinaire, et réaliser la randonnée sur la muraille entre Sumatai et Jinshanling en foulant de bonne heure, avant l’arrivée des gardes, la portion de Sumatai actuellement fermée au public en raison de travaux aux pieds de la muraille de l’autre côté du village.

Dès l’approche de Dongpo, les paysages sont magnifiques et c’est sous un vent violent et glacial que nous avons fait en fin de journée nos premiers pas inoubliables sur la Grande Muraille de Chine.

Nos premiers pas sur la Grande Muraille de Chine en plein vent

Nos premiers pas sur la Grande Muraille de Chine en plein vent

Montagnes depuis Simatai et village de Dongpo en contre-bas

Montagnes depuis Simatai et village de Dongpo en contre-bas

Après un de nos meilleurs repas en Chine, servi par nos hôtes à l’auberge, nous avons passé la nuit sur un lit chauffant traditionnel car les nuits dans cette montagne sont très froides et les maisons ne sont pas chauffées.

C’est au petit matin que nous partons crapahuter les trente tours de garde, sur les 10 km de muraille séparant Simatai à Jinshanling où nous sommes seuls au monde sur la « Grande Muraille de Chine » à marcher pendant plus de deux heures.

Dénivelé très important de la muraille du côté de Simatai

Dénivelé très important de la muraille du côté de Simatai

Des portions de muraille moins restaurées que d'autres

Des portions de muraille moins restaurées que d’autres

Bientôt au sommet avant la prochaine tour de guet !

Bientôt au sommet avant la prochaine tour de guet !

La Grande Muraille à perte de vue

La Grande Muraille à perte de vue

C’est finalement peu avant l’arrivée de Jinshanling que nous redescendons de notre nuage en retrouvant quelques touristes chinois nous accueillant comme des stars internationales !

Cliché pris par notre première rencontre humaine sur la muraille au bout de 2 heures de marche !

Cliché pris par notre première rencontre humaine sur la muraille au bout de 2 heures de marche !

Un muraille toute restaurée moins sauvage à Jinshanling

Un muraille toute restaurée moins sauvage à Jinshanling

Sur le toit d'une tour de guet restaurée à Jinshaling

Sur le toit d’une tour de guet restaurée à Jinshaling

Même sur la Muraille nous sommes de vraies stars au long nez !

Même sur la Muraille nous sommes de vraies stars au long nez !

Information pratiques pour de futurs voyageurs :

Vous trouverez sur ce lien les informations concernant les chambres chez l’habitant à Dongpo et les indications pour se rendre sur place. La solution bus plus taxi depuis Pékin, relativement économique (200 yuans le taxi et 15 yuans pour le ticket de bus) est très facile. Les chambres coûtent entre 120 et 220 yuans et le repas entre 60 et 80 yuans. L’auberge est très rustique (pas d’eau chaude) mais vous partagerez la vie des gens du coin. Les contacts se font avec Sylvain et Laurent de Chemins de traverse. Vous pouvez les contacter via leur site internet ici ou ici.

En ce qui concerne la randonnée pour marcher sur la muraille de Chine, nous avons apprécié ce sens de Simatai à Jinshanling bien qu’il soit plus raide car le soleil se trouve dans les dos des marcheurs le matin et non de face. Actuellement, il faut franchir les dix premières tours de guet avant 8h30 pour éviter les gardes. Nous sommes parti à 7h et sommes arrivés à la dixième tour un peu avant 8h. L’ensemble de la randonnée nous a pris 4h sans se presser et en prenant des centaines de photos. Il n’y a pas de difficultés techniques et ce mini-trek doit pouvoir se faire en famille avec des chaussures de marche (sauf en hiver où la neige et le gel rendent la muraille très glissante).

Recherches qui ont permis de trouver cet article : dormir grande randonnée, dormir sur la grande muraille de chine, ou dormir grande muraille

Cadenas accrochés en guise d'amour éternel
Article précédent

Les montagnes jaunes, l’un des plus beaux parcs touristiques chinois

Fleurs de cerisier à Kyoto
Article suivant

Mariage heureux au Japon entre traditions et modernité

14 Commentaires

  1. 11 mai 2012 à 19 h 21 min — Répondre

    500000 visites par jour, c’est quelque chose. Je me doutais bien qu’il y avait pas mal de monde à la visiter mais pas à ce point là. Vous avez eu de la chance de trouver ce logement et de pouvoir dormir aussi près! Je suis jalouse! :)

    • 19 mai 2012 à 0 h 15 min — Répondre

      En Chine, il y a du monde de partout, c’est assez impressionnant ! C’était complètement irréel de trouver cet endroit où l’on a croisé pendant nos deux premières heures de marche, seulement un écureuil et quelques oiseaux.

  2. 24 mai 2012 à 10 h 14 min — Répondre

    Génial ces photos ! Visiter la grande muraille de Chine est un de mes rêves ! Avec cet article, j’ai l’impression de pouvoir découvrir tout ça un peu en avance ! C’est vraiment magnifique !

  3. 17 juillet 2012 à 21 h 14 min — Répondre

    C’est magnifique.
    Bravo pour ces photos d’un des meilleurs monuments de la planète

  4. 31 octobre 2012 à 20 h 54 min — Répondre

    Superbe article !

    J’avais déjà envie d’aller visiter la Muraille de Chine mais après ton article et tes photos, j’ai VRAIMENT envie!

    Cela doit être une expérience à part… même si les 500 000 visiteurs par jour rendent l’endroit moins insolite qu’il peut paraitre !

  5. 31 octobre 2012 à 21 h 00 min — Répondre

    50 000 visiteurs par jour (erreur dans mon précédent message) et c’est déjà énorme !

  6. 22 novembre 2012 à 19 h 41 min — Répondre

    Des jolies photos :) Ton theme est beau et Simatai (pas Sumatai) est joli. De mon côté, j’avais été à Mutianyu, tu connais?

    • 25 novembre 2012 à 10 h 29 min — Répondre

      Merci pour la correction, c’est vrai que nous ne l’avons pas vu orthographié en Chine :-)

      On avait préféré Simatai à Mutianyu pour la fréquentation du site. Il nous semblait que bien moins bondé que Badaling, Mutianyu était encore trop touristique pour nous (toutes les auberges de jeunesses ou presque se rendent là bas). Nous avions donc préféré l’aventure. L’autre intérêt de Simatai est que certaines portions n’ont pas encore été restaurées (ce qui n’est pas le cas pour Mutianyu il me semble, non ?).

      Pour les grands aventuriers, il y a des portions encore plus sauvage (peut-être un peu plus dangereuses) comme le tronçon entre Xishuiyu et Mutianyu. Un site pour trouver toutes les informations pour découvrir la grande muraille de chine : http://www.greatwallforum.com/
      et un récit de deux tourdumondistes incroyables : http://tourdumonde2010.free.fr/wordpresstdm/?p=1996

  7. 23 novembre 2012 à 22 h 04 min — Répondre

    Sublime…J’espère un jour aller sur cette muraille aussi, cela semble vraiment incroyable!

    Vos photos sont magnifiques!

    Laurène, du blog Carnetdescapades.com

    • 25 novembre 2012 à 10 h 41 min — Répondre

      A faire absolument. Merci pour le compliment !

  8. 27 juillet 2013 à 20 h 44 min — Répondre

    Ah, en voyant ces photos je me souviens de l’état de mes jambes après avoir grimpé des dénivelés impressionnantes!
    Pour moi c’était à Badaling et à Mutianyu.

  9. 19 octobre 2013 à 15 h 50 min — Répondre

    […] ne se présentent que lorsqu’on est disponible à les recevoir. Cela a été le cas pour notre découverte inoubliable de la Muraille de Chine. Il était hors de question pour nous d’aller se mêler aux 50 000 visiteurs par jour de Badaling […]

  10. 25 mai 2015 à 10 h 20 min — Répondre

    Un très chouette article, plein de sensibilité, de bon sens et de « bonnes questions » : dormir sur la Grande Muraille ou non ? Tourisme durable, respect des règles… Des dilemmes du quotidien des voyageurs que vous faites bien de rappeler. L’alternative que vous aez choisie semble juste parfaite ! Nous ne sommes encore jamais allés là-bas (mais « un jour » ! 😉 ) : bref, je reviendrai chercher les bonnes infos ici en temps voulu ! ^^

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>