L’arnaque à la tasse de thé

On nous avait mis en garde sur la Chine qui n’est pas un pays facile pour les voyageurs indépendants. Peu de chinois parlent anglais et ils n’ont pas besoin des touristes occidentaux pour remplir leurs hôtels et autres attractions touristiques. Il y a plusieurs centaines de millions de touristes chinois chaque année dans le pays !  Ils ont une manière bien à eux de voyager, se déplacent en groupes (ou plutôt en troupeaux) tel des sprinters du 100m à l’assaut des sites touristiques les plus célèbres. La fierté pour un chinois est de ramener un souvenir photographique de lui devant ce lieu connu qu’il pourra montrer à sa famille et à ses collègues à son retour. Et le summum de la gloire, c’est d’y être en photo aux côtés d’un occidental, de préférence avec un grand nez (Nico était considéré comme une star et donc très demandé !).

Après 5 mois de voyage, nous nous étions préparé à cette aventure chinoise, ou en tout cas nous le pensions. Cependant, la première étape de notre séjour en Chine nous avait quelques peu endormis. Il faut dire que nous avions été reçu comme des rois à Shanghai par notre ami Florent et son épouse et retrouvé un certain train train et confort quotidien nous donnant presque l’impression d’être à la maison. Nous avions bien évidemment rencontré quelques petits déboires lors de ces deux premières semaines. Par exemple, lorsque nous avions noté la mauvaise adresse d’un hôtel à Tunxi (près des montagnes jaunes) car l’hôtel où nous avions réservé possédait le même nom qu’un autre hôtel conseillé dans les guides (c’est très courant en Chine, comme dans d’autres pays d’Asie comme le Vietnam, que des hôtels prennent des noms d’établissements recommandés dans les guides de voyages pour profiter de leur popularité, hôtel Koala 1, hôtel Koala 2, hôtel Koala 3, alors qu’ils n’ont strictement rien en commun et sont situés à deux extrémités de la ville), ou encore lorsque nous avions été contraint de marcher pendant près de 2 heures sans plan pour trouver la direction du centre ville de la gare de la touristique Suzhou car aucun passant ne nous comprenait, que les noms de rue étaient bien évidemment en écrit en chinois et que ceux qui parlaient quelques mots d’anglais voulaient juste nous emmener en taxis…

La cité interdite vue de la colline du charbon

La cité interdite vue de la colline du charbon

Nous avons en effet rencontré peu de chinois avec lesquels nous avons réussi à communiquer plus que pour obtenir les simples renseignements « Où ? Combien ?… » et la plupart du temps il s’agit de personnes habilités à cela comme dans les gares où il y a un guichet pour les étrangers parlant anglais sur les 15 guichets ouverts, les autres restant fuyants ou signifiant immédiatement qu’ils ne comprennent pas et tournant la tête.

Aussi, lorsque nous nous sommes fait accoster dans un anglais presque parfait par deux chinois à Pékin, nous avons rapidement pris plaisir à échanger sur leur pays et leur vie quotidienne. Mais nous aurions dû deviner plus rapidement que c’était trop beau pour être vrai et écouter notre instinct qui avait flairé le côté louche de l’affaire.

Porte sur la rue Yangwei Hutong près de la place Tien An Men

Porte sur la rue Yangwei Hutong près de la place Tien An Men

Mardi 3 avril 2012, non loin de la place Tian An Men…

Nous sommes à Beijing depuis seulement quelques heures et nous avons décidé d’aller nous trouver un endroit sympa pour manger et passer la soirée après une balade dans la grande rue animée de Yangwei Hutong près de la place Tian An Men.

Deux chinois, la trentaine, bien habillés, nous accostent alors que nous nous amusons à prendre quelques photos. Ils entament la conversation en anglais. Après l’échange des salutations et quelques informations intéressantes, ils nous demandent si nous avons eu l’occasion de passer devant une demeure célèbre de Pékin qui se trouve seulement à quelques rues. Ils nous proposent alors de nous y emmener car c’est sur leur route et il semblerait qu’il ne faille absolument pas manquer ce monument.

Pas super motivé (notre instinct devait déjà nous envoyer des signes que nous n’avons pas voulu écouter, en voyage il faut toujours écouter son instinct), nous décidons de les suivre et de continuer notre conversation avec ces deux jeunes cadres en week-end d’affaire à Pékin pour une conférence sur l’informatique (une conférence le lendemain, dimanche, étrange, ils sont fous ces chinois de travailler le week-end mais on a bien vue qu’ils en étaient capable, ce qu’ils avaient d’ailleurs fait quelques jours plus tôt en travaillant le samedi et dimanche pour rattraper un pont de quatre jours !).

Arrivé devant la bâtisse en question (sans grand intérêt), nous leur annonçons que nous allons les laisser pour vaquer à nos occupations, mais ils nous proposent d’échanger nos cartes de visites. On nous avait raconté que l’échange de cartes de visite est solennel en Chine et suit un protocole bien défini. Nous ne pouvons donc refuser (plus par respect que par envie) de les suivre dans une petite maison de thé qu’ils connaissent. Ils nous expliquent qu’il n’est pas concevable d’échanger sa carte de visite dans la rue comme cela debout. Avant de rentrer dans  la maison de thé, on essaie de leur faire comprendre que l’on ne veut rien consommer et ceci ne semble pas les embêter, on s’assoie juste quelques minutes pour échanger nos cartes (bien sûr pas de problème on est en Asie, il n’y a jamais de problème).

Arrivé dans la maison de thé, ou plutôt le boui boui (déjà là ca commence à sembler louche mais bon on est en Chine et on a vu pire en Birmanie ou au Cambodge), on s’assoit à l’un des trois tables vides présentes dans la pièce et l’un de nos compagnons fait comme chez lui (il doit être un habitué alors qu’il n’est pas d’ici, ou peut-être l’établissement appartient à sa famille, mmmmm la mafia, nan on est pas dans un film), apostrophe la jeune femme qui semble faire office de serveuse et lui passe commande après avoir jeté un rapide coup d’œil à la carte (certainement une théière de thé, nous verrons).

La conversation continue (assez intéressante d’ailleurs) et commence à tourner autour de nos activités en France, pourquoi on est là, quelle est la marque de notre voiture… (pas de chance pour eux, on a une voiture pourrie !). Puis vient d’autres questions un peu plus étranges au premier abord que l’on décline poliment, par exemple : votre carte de crédit elle ressemble à celle-ci (oui oui, vaguement mais pourquoi diable me pose-t-il cette question, je vais pas lui montrer ma carte, ils ont l’air sympa mais on ne voit pas le rapport).

Pendant ces échanges, on nous sert du thé (pas très parfumé mais meilleur que certaines tasses de thé que l’on nous avait offerts lors de notre périple en Birmanie), et l’on nous propose quelques petits gâteaux pour accompagner le tout. Mécaniquement on commence à boire nos tasses (en Asie, offrir du thé fait partie de la culture, ça nous a donc paru parfaitement normal). A ce moment, ils commencent à nous demander comment on trouve le thé et le compare aux vins français. « En France, vous avez des vins très bons et chers, des vins moins bon et plus abordable, et bien le thé c’est pareil en Chine…. » (on avait effectivement remarqué que le thé en Chine dans les boutiques spécialisées pouvait vite être hors de prix).

Boutique de thé chinois

Boutique de thé chinois

Puis on décide de partir car l’on commence à avoir faim. L’un des chinois nous explique alors que normalement en Chine c’est les personnes qui invitent qui offre le thé mais comme en France, on a l’habitude de partager et que l’on ne se connaît pas assez, ils nous proposent de partager (pas vraiment de problème). Ils demandent la note et nous annoncent, en nous montrant le petit bout de papier, 1600 RMB (soit presque 200 euros) à partager en 4, donc presque 100 euros pour deux tasses de thé et quelques petits gâteaux (on vient juste de leur expliquer qu’on était en voyage pour plusieurs mois et qu’on faisait attention à nos dépenses, comment peuvent ils croire que l’on peut se payer un thé à ce prix là ?).

Premier négociation, on leur explique qu’on n’a pas les moyens de payer un thé à ce prix là et qu’ils auraient dû nous prévenir avant du prix élevé de la commande. Ils sont très compréhensifs et nous proposent de prendre une plus grosse part et qu’on paye le reste (ils doivent avoir pitié de nous pauvre voyageur sans le sous qui faisons le tour du monde !!).

Mais c’est encore beaucoup trop cher à nos yeux (l’une des facultés que l’on développe en voyage au long cours, c’est de rapidement se faire une idée de la valeur des choses dans les pays traversés, et là c’est vraiment exorbitant).

Nous : « Désolé, on n’a pas cette somme sur nous ! (et puis comment voulez-vous qu’on dépenses 500 RMB pour boire un coup alors qu’on vous a dit tout à l’heure quand vous nous avez demandé, que notre petite chambre nous coutait moins de 100 RMB !). »

Eux : « On peut vous avancer l’argent et on vient chercher la monnaie demain à votre hôtel qui est à deux rues du notre » (tiens encore un truc bizarre, c’est la première fois qu’ils viennent à Pékin et ils connaissent la rue de notre hôtel alors qu’on leur à juste donné le nom).

Nous : « Ca ne va pas être possible, on vous avait dit qu’on ne pouvait pas dépenser trop et vous nous emmenez dans un truc qui coûte très cher. »

Eux : « Mais c’est les prix ! Regardez la carte (qui vient d’apparaître comme par magie, et c’est effectivement écrit !!). »

Nous : « On va partir. Une tasse de thé ça nous a couté en Chine jusque là grand maximum 20 RMB, donc avec les gâteaux on vous donne ce qu’on a c’est à dire 100 RMB (ce qui nous paraît être déjà largement suffisant mais raisonnable par rapport au prix annoncé à la base, et puis en faîte on avait qu’un billet de 100 RMB sur nous et on se voyait mal leur demander la monnaie !)». Nous posons le billet sur la table et nous levons.

Eux : « Hein ! Quoi ! Vous partez sans payer en France ?!? (Ah, ils commencent à s’énerver, et bien tant pis nous n’avons pas l’impression d’être les fautifs dans l’histoire).

Sur ce dernier échange, nous récupérons nos affaires et sortons de la maison de thé sous leurs regards courroucés, un peu penauds car jusqu’à ce moment on ne s’était pas douté que ça pouvait être une arnaque. Tout semblait tellement vrai, ce n’est qu’en retournant à l’hôtel le ventre vide (car nous n’avions plus d’argent sur nous) et en faisant le feed-back de la situation qui nous avait parue étrange que tous les détails refirent surface jusqu’à supposer que nous avions été victime d’une arnaque (d’après notre ami Florent à qui nous avons raconté l’histoire plus tard, l’arnaque à la tasse de thé est expliquée dans tous les guides de voyage, et voilà c’est ça aussi de ne pas passer son temps le nez dans son guide !). Nous nous en sommes finalement bien tiré car il arrive que les mauvais payeurs soient malmenés par leurs arnaqueurs, mais dans la majorité des cas les victimes payent et sont même plutôt contentes de l’après midi passée en compagnie de leurs arnaqueurs, et ce n’est que plus tard qu’ils se rendent compte qu’ils ont payé 10 parfois 100 fois le prix.

Thé au jasmin

Thé au jasmin

Après quelques recherches sur internet, il semblerait qu’il existe des variantes à cette arnaque : deux jeunes étudiantes en arts vous proposent d’échanger avec elles pour améliorer leur anglais. Elles vous emmènent boire un thé ou un café puis vous proposent d’aller dans une galerie d’art et vous présentent des toiles d’artistes à des prix défiant toute concurrence, en vous assurant que c’est une excellente affaire. En conclusion, dès que vous avez le moindre doute, décliné poliment mais fermement et écoutez toujours votre instinct, c’est souvent le meilleur indicateur de plan foireux.

Malgré cette mésaventure (qui s’est plutôt bien terminée), la Chine est un de nos meilleurs souvenirs de voyage avec en particulier notre virée en solitaire sur la Grande Muraille. Ce pays en plein bouleversement est encore accessible aux petits budgets alors n’hésitez plus et cherchez ici des vols et hôtels pas chers. La Chine on en tombe amoureux ou on déteste, c’est comme les goûts et les couleurs, ca ne se discute pas ! Le meilleur moyen de le savoir c’est de tester.

Et vous, avez-vous déjà été victime d’une arnaque en voyage ?

Procession de chars à Takayama
Article précédent

Takayama et son festival du printemps

Tirelire chinoise
Article suivant

Economiser pour faire le tour du monde !

25 Commentaires

  1. 1 mars 2013 à 15 h 43 min — Répondre

    Ah ben mince! On commence notre voyage par 2 mois en Chine, on fera attention à l’arnaque du thé! Me connaissant j’y serai probablement allée les yeux fermés! 😉
    Notre plus grosse arnaque c’était en Grèce à Santorin… Un bus devait nous emmener de la Hora au port en 15 minutes pour 2€… Nous sommes aller à l’arrêt 2heures à l’avance connaissant la ponctualité greque… pendant 1h30 pas de bus! Des dizaines de backpackers s’amassaient (la plupart des autres touristes avaient des navettes d’hôtels, mais au camping et petite auberge point de navette) 😉
    On commence à s’impatienter et la dame nous dit sans cesse « in 2 minutes »… A 30 minutes du départ du ferry nous prévoyons de prendre un taxi avec 3 autres personnes pour un montant total de 20€ (4€ par personne)… La station de taxi est déserte, la dame de la centrale des taxi nous dit: « coming, 1 minute »… Puis rien… le temps passe… et à 10 minutes du départ du ferry (on était déjà certains de l’avoir raté) 15 taxis surgissent en même temps… Et la, la donne est donnée: Votre ferry vous pouvez l’avoir mais ca sera 20€ PAR PERSONNE pour la course! Au vu du prix du ferry on n’a pas hésité… Mais bon… le taxi a quand même empoché 100€ par course de 9 minutes… Et comme par hasard le nombre de taxis suffisait tout juste pour le nombre de touristes amassés et désespérés… En prime au aura eu droit à une course en taxi on ne peut plus épique, digne d’un remake du film « Taxi »! On est arrivé sur le port en dérapage pile au moment ou le ferry s’apprêtait à remonter la passerelle… On l’aura eu ce satané ferry! 😉

    • 1 mars 2013 à 16 h 00 min — Répondre

      Ah les arnaques au taxi, un grand classique. Au Vietnam, un taxi a tenté de nos extorquer avec son compteur truqué. On monte dans le taxi, on lui donne notre destination. Au bout de 30 secondes, on lui demande si son compteur fonctionne bien, il nous répond oui oui… mais ca nous paraissait étrange car premièrement, il n’était pas partie dans la direction que nous supposions être bonne puis le compteur allait bien vite (un peu genre le compteur de vitesse de la Doloréane de retour vers le futur). Après 5 minutes de routes et plusieurs questions dont la réponse donnée par le conducteur ne nous convenait pas, on lui demande de s’arrêter tout de suite.

      On sort du taxi et on lui dit qu’on ne veut pas payer car il essaie de nous arnaquer… il commence à nous insulter… et là éclair de génie, Aude lui demande de nous montrer son ID (carte d’identité) et de nous conduire au poste de police, le mec nous insulte une dernière fois et part sans demander son dû (comme on est trop gentil, on lui avait laissé le prix qui nous semblait juste pour le déplacement, oui le déplacement car on était à l’autre bout de la ville, on s’en est rendu compte après ;-)). Comme pour le thé, dès le début notre instinct nous avait alerté ! ==> toujours se faire confiance !

      A priori, les arnaques aux compteurs truquer sont assez fréquentes en Chine (principalement à Shanghai dans les taxis rouges et qui n’ont pas de numéro de téléphone sur la voiture) donc être toujours sur ses gardes sans pour autant être parano !

      • 1 mars 2013 à 16 h 11 min — Répondre

        Oui malheureusement un classique… Mais bon je crois qu’il faut se dire que ça fait aussi partie du jeu d’être touriste de se faire avoir de temps en temps.
        En tout cas t’as bien raison, toujours écouter son instinct est probablement la meilleure solution, et je pense qu’au fil des voyages et des expériences on apprend aussi à développer un meilleur instinct pour flairer l’arnaque 😉 Mais c’est bien ce genre d’article pour mettre en garde et surtout pour se rappeler d’être vigilant! Bon weekend à vous deux!

  2. 15 mars 2013 à 12 h 33 min — Répondre

    Une amie m’avait dit de me méfier en Chine – on dirait que ce genre d’arnaque est monnaie courante dans ce pays!

    Apparament, cela n’a pas toujours été le cas pourtant – cette amie y est née et c’est en retournant dans son pays natal qu’elle a remarqué ce changement dans le comportement des habitants – surtout par rapport aux touristes.

    Je trouve cela vraiment dommage, car c’est un pays très riche sinon, et un voyage vaut tout de même le coup – il suffit d’être informé et pas trop naïf! 🙂

  3. 19 mars 2013 à 6 h 06 min — Répondre

    Wahou, ça m’a limite mis des frissons dans le dos ! C’est fou comme ce genre d’arnaques est « organisé » ! Cela me fait penser à l’arnaque de la bague à Paris, je ne sais pas si vous en avez entendu parler… Les touristes sont les cibles, évidemment. C’est un peu comme si chaque ville avait son arnaque type dédiée aux touristes de passage !

    • 19 mars 2013 à 7 h 07 min — Répondre

      Non nous ne connaissons pas l’arnaque à la bague ? Elle consiste en quoi ?

  4. 19 mars 2013 à 7 h 38 min — Répondre

    J’en ai entendu parler mais jamais été victime, mais voilà ce que j’en sais : Ça se passe généralement sur les ponts très touristiques en face de la Tour Eiffel. L’arnaqueur, une femme, fait mine de trouver une bague type alliance en or par terre, et se tourne vers le premier venu en lui disant « excusez-moi ça ne serait pas à vous par hasard ? » Donc la victime de répondre non, évidemment. La femme revient à la charge en disant qu’elle n’a aucun intérêt à garder cette bague, que c’est de l’or et qu’elle peut nous l’échange de quelques billets… Ce qu’acceptent certains touristes apparemment. Quand tu vas faire expertiser la bague, tu te rends compte que ce n’est un métal quelconque.

    Encore une arnaque, qui vue de loin paraît vraiment grosse, on se demande comment on peut se laisser piéger ! Mais quand on a le nez dedans ça doit être plus difficile de repérer l’arnaque !

  5. 2 avril 2013 à 22 h 57 min — Répondre

    J’en reviens pas que ce genre de choses soit si courantes ! Je suis allé en Chine il y a un peu plus de 2 mois de cela et je n’ai eu aucun problème, et pourtant j’étais tout seul.

  6. 12 avril 2013 à 2 h 57 min — Répondre

    Comme quoi, il faut toujours se méfier du chinois qui parle parfaitement anglais, c’est trop louche… Blague à part, on n’a pas eu droit à cette arnaque en Chine, heureusement, mais on a eu d’autres tentatives un peu partout dans le monde! En Indonésie, je crois que c’était les Champions. Lorsque nous avions voulu aller au temple de Besakhi, de faux gardes se sont mis en travers de notre route, avec uniforme et tout et tout, pour nous réclamer une somme totalement exorbitante et injustifiée! On n’a pas payé, mais on n’a pas eu droit de passer, et finalement on n’a pas vu le temple… 🙁
    Il faut rester un peu sur ses gardes partout où on passe, même si c’est pas toujours agréable, ça évite de se faire plumer à chaque coup!
    Nowmadz
    PS: Nico, on n’a pas reçu ton lien??!

    • 12 avril 2013 à 6 h 26 min — Répondre

      Et oui, c’est un peu de partout pareil ! Quand ca semble louche, faut pas y aller et écouter ce que notre bon sens nous dicte.

      Pour le lien, je vous l’ai envoyé via votre formulaire de contact sur votre site…
      Je vous renvoie un mail maintenant que j’ai votre adresse 😉

  7. Cécilia
    24 avril 2013 à 9 h 08 min — Répondre

    Ah ah ! (je rigole car ça c’est bien terminé)
    je n’avais jamais entendu parlé de cette arnaque!! pour ma défense je n’ai pas encore lu de guide sur la chine :p
    mais c’est dingue je n’en reviens pas!

  8. 13 mai 2013 à 9 h 20 min — Répondre

    Pour ma part c’est en Turquie qu’il m’est arrivé une aventure de ce genre.

    Alors que je résidais là bas depuis plusieurs mois et que je connaissais donc parfaitement les prix j’ai déjeuner dans un restau, dans lequel le serveur à gonflé l’addition par rapport à la carte.

    C’est relativement commun là-bas pour les touristes. Heureusement ça s’est bien terminé, même si j’ai cru un moment qu’on allait en venir aux mains.

    • 8 juin 2013 à 8 h 01 min — Répondre

      On part dimanche en Turquie, on fera attention alors 😉

  9. 19 mai 2013 à 17 h 34 min — Répondre

    Pas d’arnaque à ma connaissance jusque là, du moins à ma connaissance. Une fois j’étais à la bourre pour attraper mon avion (j’avais pris le train dans le mauvais sens, le truc vraiment bête) et en arrivant à la gare je cherchais la navette pour aller à l’aéroport lorsqu’un chauffeur de taxi me dit que je viens de la rater. Je connaissais les horaires mais dans la panique j’ai pas réalisé du coup je suis montée dans son taxi en route pour l’aéroport et j’ai payé quelque chose comme £25 et puis une fois dans le taxi au carrefour je vois le bus-navette qui charge les passagers. Mais à l’époque mon anglais était pas terrible et j’ai pas osé entrer en conflit. Donc voilà petite arnaque en Angleterre en fait 🙂

  10. 21 mai 2013 à 7 h 06 min — Répondre

    Ah la tasse de thé, il semble que ce soit une spécialité pékinoise ! C’est clair que la plupart des gens qui viennent vous aborder ont les trois quarts du temps du temps un truc à vendre. Et puis, trop rarement, on rencontre des gens vraiment gentils et désintéressés.

    L’arnaque à la bague, on la retrouve dans l’excellent Zombieland ! Efficace !

  11. 27 juillet 2013 à 20 h 41 min — Répondre

    J’ai également été abordé d’une manière similaire à Pékin 😉
    Je refuse systématiquement, quel que soit le pays…

    Sinon Pékin est une ville que j’ai beaucoup aimé! Elle mérite vraiment de s’y attarder pour y visiter ses différents quartiers et parcs!

  12. Sam
    23 décembre 2013 à 6 h 05 min — Répondre

    A la sortie de la cité interdite, je me suis fais accosté par 3 chinois se disant étudiants touristes qui parlaient anglais dont un, un peu le français.

    Après une mis en scène et un discours très rodé ils ont réussi a « m’inviter » au parc de la cité et à me faire amener dans un salon de thé pour boire un verre dans un hutong à coté.

    Tout est allé très vite, le temps de m’apercevoir l’arnaque j’étais déjà dans une salle fermée avec ce couple de chinois bizarres.

    Heureusement j’ai trouvé la solution pour sortir rapidement de ce piège à touristes, aller aux toilettes qui étaient dans la rue, bien sur le chinois m’a suivi dans les toilettes, c’était de plus en plus suspect.

    Je suis parti dans la rue, il a essayé de me retenir pour partager l’addition mais heureusement les gens regardaient autour. J’ai réussi à m’échapper!

    Leur cible: touriste seul et ne parlant pas chinois!

    À éviter absolument!!

  13. 17 juin 2015 à 16 h 07 min — Répondre

    Aaah, les arnaques de voyages!
    Pour nous ça s’est passé sur les routes du Mexique. Un « policier » nous arrête sur une route de campagne soit-disant pour excès de vitesse ( nous n’étions absolument pas en excès de vitesse mais bon passons…). Il nous soutient que c’est une erreur très grave et qu’il peut nous retirer le permis et nous envoyer au poste si on refuse de collaborer. A chaque menace, il se met à tripoter sa mitraillette en bandoulière bien en évidence sur son ventre. Enfin, il nous demande de payer si on ne veut pas qu’il nous envoie au poste. Alors évidemment on a payer, on avait pas vraiment envie de se retrouver en prison dans un pays pas forcément au beau fixe en ce qui concerne les droits de l’homme. Finalement, même si je garde un bon souvenir du Mexique, cet épisode aura bien terni le tableau…

  14. 18 juin 2015 à 7 h 49 min — Répondre

    Hallucinant !

  15. 18 juin 2015 à 7 h 50 min — Répondre

    hello Nico, moi aussi j’ai testé l’arnaque au « musée du thé » ( carrément )à Shanghai .. mais je crois que c’est partout dans le monde.. le touriste est une cible facile ..arnaque à Rome : aéroport Rome dans une Fiat pourrie 80€ à l’aller et retour dans une Mercedes ( commandé par hôtel s’il vous plait ) nickelle Rome-aéroport 40€..lol.. mais dans tous las cas les autorités locales devraient faire attention à ne pas laisser tuer la poule aux œufs d’or .. bon voyage et ouvrez l’œil !

  16. Oliv
    9 juillet 2015 à 1 h 22 min — Répondre

    Ceci dit c’est cool la Chine, c’est varié, c’est exotique, et la nourriture vaut le détour. et les chinois sont sympa, curieux, et cherchent à donner une bonne image de leur pays (malgré quelques maladresses).
    Un conseil : utiliser le guide Lonely Planet, les villes et autres lieux sont écris en chinois, ça aide pas mal pour se déplacer.

    • 7 septembre 2015 à 6 h 54 min — Répondre

      Oui c’est vrai, en Chine c’est presque indispensable d’avoir un guide avec les lieux où l’on veut se rendre écrit en chinois pour demander son chemin !

      • Thomas
        1 mars 2016 à 14 h 41 min — Répondre

        Vous connaissez sûrement, mais les Cartovilles sont tout simplement géniales! Surtout dans une ville comme Pékin où google map ne fonctionne pas, et que ton opérateur te tarifie 10.92€ le Mo !!

  17. Thomas
    1 mars 2016 à 14 h 38 min — Répondre

    Parfaitement expliquer, si seulement j’étais tombé dessus avant de partir…
    Il faut savoir que quasi personne ne parle anglais et que tout le monde vous regarde comme un animal. C’est pourquoi lorsque 2 femmes sont venus nous voir et nous ont parlé anglais nous étions très contents (ma copine étant une personne très très sociable et ouverte). Après 5 bonnes minutes de discussions elles nous proposent de boire un verre, pourquoi pas? J’étais malgré tout méfiant, elles me faisaient beaucoup de compliments, et posaient des questions assez indiscrètes, anyway. On arrive dans le café et au moment de l’addition tout s’est expliqué (30€ pour 2 jus d’orange). La somme perdu n’est pas non plus dramatique, c’est plutôt une grosse déception et l’abus de confiance qui nous a mis mal.

    • 2 mars 2016 à 8 h 35 min — Répondre

      Oui tout est relatif mais ça ne fait pas plaisir de se rendre compte après coup que la gentillesse n’était nullement gratuite…. triste…

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *