Tout savoir sur les visas pour préparer son tour du monde

Les préparatifs administratifs d’un tour du monde sont souvent un casse-tête, même si c’est pour la bonne cause ! Nous partageons avec vous des informations et des conseils sur les visas que nous aurions aimé trouver rapidement avant notre départ.

Une cinquantaine de pays sont accessibles aux touristes détenant simplement une carte d’identité française. Cela laisse déjà de la marge si vous êtes étourdis et que votre passeport est périmé ou si vous êtes phobiques des démarches administratives. Néanmoins pour aller plus loin ou partir plus longtemps, vous pouvez simplement lire cet article pour tout savoir sur l’obtention de son passeport et de ses visas pour voyager et préparer son tour du monde.

Allez juste au cas-où et parce qu’il n’y a pas de question bête : Qu’est-ce qu’un visa ?

Un visa se présente sous la forme d’un tampon ou d’une vignette apposée sur son passeport prouvant l’obtention de l’autorisation de séjour par les autorités d’un pays. C’est un peu complexe parce que les conditions d’obtention sont différentes selon les pays visités, la nationalité des voyageurs et le type de visa (visa touristique, visa d’affaires…).

Commencez par vous préoccuper de votre passeport

En effet comme vous l’avez compris, pas de visa sans passeport !

Si vous possédez déjà un passeport

Vérifiez sa validité : Votre passeport doit être valide au moins 6 mois après la fin de votre voyage. Le passeport français est valable 10 ans pour les adultes et 5 ans pour les mineurs.

Connaître le type de son passeport : Delphine, électronique ou biométrique (si vous ne savez pas, le site du service public devrait vous aider à trouver le type de votre passeport https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F11603)
Si votre passeport vous a été délivré avant 2009, il n’est pas biométrique et quelques précautions sont nécessaires.
Si vous prévoyez de voyager au USA seul le passeport biométrique permet d’être exempté de l’obtention d’un visa.
Pendant notre tour du monde notre passeport n’était ni biométrique ni électronique ce qui a régulièrement fait tiquer les douaniers et pris plus de temps aux contrôles. Nous avons un peu flippé la première fois puis avons vite compris que ça nous poursuivrait tout le voyage…

1 enfant=1 passeport : N’oubliez pas que dorénavant vos enfants doivent avoir leur propre passeport.

Vérifiez qu’il reste assez de pages vierges sur votre passeport ! Si ce n’est pas le cas vous devez refaire faire un passeport qui vous sera délivré gratuitement (par contre avec la même date de fin de validité).

Si vous ne possédez pas encore de passeport

Combien de temps avant votre voyage demander son passeport ?

Le délai d’obtention est généralement de 3 semaines à 5 semaines. Il est toutefois possible d’obtenir un passeport en urgence mais ce dernier nécessitera parfois plus de démarches pour entrer dans certains pays (ex USA).

Vous avez besoin de votre passeport pour faire faire vos visas. C’est surement une évidence mais au début de notre tour du monde, nous avions prévu de faire faire plusieurs visas en même temps à Bangkok alors qu’il faut laisser son passeport à chaque demande !

Prévoir de faire son passeport 2 à 3 mois avant son tour du monde

Combien coûte un passeport ?

Le passeport est payant à travers un timbre fiscal qui coûte 86 euros pour un adulte (passeport biométrique, seul actuellement délivré), 42 euros pour un mineur âgé de 15 à 18 ans et 17 euros pour les jeunes de moins de 15 ans.

Pour renouveler son passeport les prix sont identiques.

Où faire faire son passeport ?

Dans n’importe quelle marie équipée d’une station biométrique avec votre formulaire (à remplir, disponible aussi en ligne) et votre timbre fiscal acheté préalablement (en ligne, dans un bureau de tabac, dans une trésorerie ou service des impôts. des entreprises).

Adresse des informations et documents officiels : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/N360

Dans un consulat ou ambassade de France à l’étranger notamment si vous avez perdu votre passeport. On peut faire refaire facilement son passeport à l’étranger en cas de perte ou de vol à condition d’avoir un scan de ses papiers d’identité. C’est entre autre pourquoi nous vous conseillons de scanner avant votre départ votre passeport et de le mettre dans Dropbox, Google Drive ou tout autre service Cloud.

Quelques astuces « spécial tour du monde » au sujet de votre passeport

Bien penser à faire un scan de vos papiers à retrouver dans Dropbox, Google Drive ou autre service Cloud.

On se répète mais cela peut rendre d’immenses services notamment en cas de perte ou de vol à l’étranger afin de faire refaire son passeport dans une ambassade ou un consulat…

Faire plastifier une copie de votre passeport

Cela évite régulièrement de sortir son passeport. Dans certains pays les guest-houses et hôtels demandent de laisser son passeport à la réception le temps de l’enregistrement. Au Vietnam par exemple, les hébergeurs doivent se rendre au poste de police avec les passeports de leurs hôtes pour déclarer les voyageurs.

Pendant notre tour du monde, il nous est régulièrement arrivé de présenter et laisser notre copie plastifiée plutôt que notre passeport (en donnant parfois comme excuse que nous avions laissé notre passeport à une ambassade pour faire faire un visa). Ainsi sauf exceptions nous n’avons pas eu à quitter des yeux notre passeport et avons ainsi éviter certaines arnaques…

Selon le nombre de pays et la durée du voyage, envisagez le passeport grand voyageur qui contient 18 pages de plus que le passeport classique qui lui en a 32.

Obtenir ses visas en tour du monde et voyage au long cours

Nous parlerons ici de visas touristiques puisque c’est ceux utilisés par la majorité des tourdumondistes. Certains partent en PVT avec un Visa Vacances Travail dont les conditions sont différentes et que nous ne traiterons pas ici.

En tant que français, nous sommes exemptés de visas dans de nombreux pays. Les fiches pays de notre planificateur vous donnent immédiatement l’information actualisée sur la nécessité ou non d’un visa.

Pour certains pays (ex : Australie, Canada, Etats-Unis) il est toutefois nécessaire de faire même en cas d’exemption de Visa, une demande d’autorisation d’entrée sur le territoire sur internet nommée autorisation électronique de voyage (ETA, ETSA, …).

Pour chaque visa vous devez vous informer sur la validité (période pendant laquelle vous pouvez entrer sur la pays à partir du jour de la délivrance), la durée du séjour autorisée et le nombre d’entrées autorisées.

Pour prendre l’exemple de la Thailande, pays par lequel quasi 100 % des tourdumondistes passent, les lois et les contrôles se durcissent. Il existe une exemption de visa en Thailande pour les séjours de moins de 30 jours. Vous lirez sur internet de nombreux articles de voyageurs au long cours qui faisait un mini-tour dans un pays limitrophe pour entrée de nouveau sur le territoire et rester plus longtemps mais dorénavant les exemptions de visa par voie terrestre en Thaïlande sont limités à 2 par an. Le visa touristique est limité à 60 jours. Les règles d’extension et de prolongation de visa sont précises. Les dépassements de séjours (overstay) peuvent coûter cher, voire des années d’interdiction d’entrée sur le territoire Thaïlandais (à partir de 90 jours de dépassement).

Lors de notre tour du monde en 2012, nous sommes passés 4 fois par la Thaïlande (les transits aériens ne comptent pas). La dernière fois le douanier nous a demandé des explications. Dorénavant les ennuis risquent d’être plus catégoriques avec notamment l’autorisation pour les douaniers de ne pas vous laisser entrer.

Pour ce qui est du nombre d’entrée cela peut avoir de l’importance pour son itinéraire tour du monde avec comme exemple la Chine, où le visa n’est pas toujours aisé à obtenir. Quand nous sommes partis en 2011, nous avons obtenu uniquement un visa touristique simple entrée pour la Chine. A l’époque le premier visa touristique chinois demandé ne pouvait pas être double entrée. Nous ne le savions pas avant de le demander à l’ambassade de Phnom Penh et avions pourtant prévu dans notre itinéraire deux entrées-sorties en Chine. Nous avions donc dû renoncer à nous rendre dans le Guangxi et le Yunnan après Hong Kong (vol depuis la Birmanie via Bangkok) puisque nous avions un vol à reprendre à Hong Kong pour Shanghai où nous rendions visite à un ami expatrié.

Visa à l’arrivée : obtenu directement à la frontière

Certains visas peuvent s’acheter directement à la frontière. A noter que parfois les visas ne peuvent être obtenus qu’à certains passages transfrontaliens ou que dans un aéroport international.

Dans certains pays où la corruption est largement répandue cela peut être parfois tout une aventure comme à la frontière de Poipet entre le Thailande et le Cambodge même si les choses semblent s’être amélioré depuis notre tour du monde en 2012. Quoi que d’après les dires d’Anaïs et Florent (fin 2016), ce n’est pas encore gagné de passer sereinement la frontière entre le Laos et le Camboge : Traverser la frontière Laos Cambodge sans backchich

Renseignez-vous sur le prix avant les frontières et soyez courtois mais fermes si les douaniers vous demandent une taxe supplémentaire pour je ne sais quel motif.

Visa avant l’arrivée : obtenu avant d’être sur le sol du pays visité

Pourquoi faire ses visas dans les ambassades et consulats en France avant le départ ?

Cela permet de s’éviter certaines tâches administratives peu dépaysantes (quoi que) et parfois chronophages en voyage ou tout simplement parce que c’est obligatoire pour certaines destinations comme la Chine par exemple.

Pendant notre tour du monde nous avions prévu de faire une bonne partie de nos visas asiatiques à Bangkok. Malheureusement nous sommes arrivés dans la capitale thaïlandaise durant le nouvel an chinois et les ambassades de Chine et du Vietnam étaient fermées une semaine. Au total nous y avons fait seulement notre visa pour la Birmanie ce qui nous avait déjà pris deux demi-journée avec la préparation des papiers demandés et les files d’attente. Nous avons finalement obtenu notre visa pour la Chine à l’ambassade de Chine à Phnom Penh au Cambodge assez aisément et avons eu l’impression qu’ils étaient moins pointilleux qu’en France.

Pourquoi faire ses visas à l’étranger sur la route pendant le voyage ?

Durée de validité limitée des visas : Les visas touristiques ont une durée de validité limitée en général à 3 mois, c’est pourquoi il n’est pas toujours possible de faire tous ses visas avant de partir en tour du monde.

Changement d’itinéraires en cours de tour du monde : Parfois les voyageurs et futurs tourdumondistes ne connaissent pas leur itinéraire précisément avant leur départ de France et devrons faire faire des visas sur la route. Ceci ne pose généralement pas de problème puisque qu’en Amérique du Sud les français n’ont souvent pas besoin de visa (le passeport est juste tamponné pour la date d’entrée) et qu’en Asie il est assez facile de faire faire des visas.

Pour faire des rencontres dans les longues files d’attente des ambassades comme cette dame de 85 ans aux cheveux gris qui voyageait seule en Asie, train-couchettes et compagnie et qui avait des centaines d’anecdotes à raconter.

Pourquoi faire parfois ses visas par l’intermédiaire d’une agence de visas ?

C’est une solution pratique et facile qui peut éviter d’aller à l’ambassade à Paris. Pour certains pays il est possible d’envoyer son passeport à l’ambassade par voie postale mais pas toujours.

Un surcoût est évidemment à prévoir.

Pour quelques pays passer par une agence de visa est presque incontournable comme pour le visa russe où il est exigé une lettre d’invitation.

Pourquoi passer par un e-visa?

Faire une demande de e-visa et payer en ligne permet d’obtenir son visa avant la frontière (nous avions testé pour notre visa cambodgien) et s’éviter parfois les négociations fumeuses avec les douaniers. La Birmanie s’y met aussi à condition de récupérer son e-visa à l’aéroport international.

Astuces, conseils et arnaques aux visas et frontières

Bien s’informer sur les conditions d’entrée et de sortie des pays.

Les choses changent régulièrement à ce niveau là et comme il n’est pas toujours possible d’improviser avec les démarches administratives nous vous recommandons de vous fier au site du ministère des affaires étrangères.

Prenons l’exemple de la Birmanie qui a connu d’immenses changements politiques en une dizaine d’année. En 2012 lors de notre tour du monde, aucune frontière terrestre n’était autorisée aux touristes et nous devions obligatoirement arriver par l’aéroport international de Rangoon. Depuis, certaines frontières terrestres depuis la Thaïlande sont ouvertes mais nécessitent de s’être fait délivré son visa avant l’arrivée dans une ambassade. Le visa en ligne est disponible depuis 2014 mais est délivré uniquement au moment de l’arrivée qui doit se faire obligatoirement par voie aérienne. Ça ne s’invente pas !

S’organiser un peu pour faire ses visas sur la route

Penser aux fermetures éventuelles des ambassades et aux délais d’obtention des visas durant lequel votre passeport est à l’ambassade du pays où vous demander le visa !

Dans certaines ambassades, il est possible avec un surcoût de raccourcir le délai comme par exemple à l’ambassade du Myanmar à Bangkok (obtention du visa pour le lendemain ou lieu de 2 ou 3 jours).

Certaines ambassades demandent des justificatifs et documents particuliers : certificats d’assurance voyage comme pour obtenir le visa pour la Chine, une réservation d’hôtel, un billet retour ou un certificat de vaccination principalement contre la fièvre jaune en cas d’obligation pour entrée sur le territoire ou lorsque vous provenez d’un pays à risque… Là encore consulter bien le site du ministère des affaires étrangères avant votre voyage.

Plus précisément, si vous voyagez sans billet d’avion retour cela peut poser problème pour obtenir certains visas. Lorsque ce billet est exigé, certains achètent un billet de bus ou un billet d’avion low-cost, d’autres fabrique un faux billet (attention au risque de ne pas pouvoir rentrer sur le territoire) et on peut même louer un billet d’avion pour quelques heures. Pour tout savoir sur cette question, on vous suggère de consulter l’article très complet « Voyager sans billet retour » du site Tourdumondiste.

Encore une petite astuce pour vous faciliter la tâche des visas à l’étranger : partez avec votre stock de photos d’identité ou faites les faire dans un grande ville comme à Bangkok pour quelques sous. Il faut généralement une ou deux photos par demande de visa ce qui n’est pas toujours facile de faire à l’étranger même si vous trouverez généralement des stands pour vous faire faire le portrait à prix fort « spécial voyageurs » à proximité des ambassades. Cela peut paraître un petit détail budgétaire avant de partir en tour du monde, mais une fois sur place payer ses photos le prix d’une nuit d’une guest-house ça fait bizarre quand on voyage en mode routard au long cours… 

Soigner son comportement aux frontières

Enfin, alors que cela peut faire du souci à n’importe qui, passer une frontière devient vite un truc banal dans la vie du tourdumondiste. N’oubliez pas que c’est une étape sérieuse ou le voyageur peut-être plus sujet aux arnaques (même si pour ceux qui lisent Le routard et autres billets mésaventureux d’internet, cela reste peu fréquent). Comme dirait mon grand-père, c’est pas le moment de faire le guignol ! Notre conseil c’est de soigner un minimum sa tenue vestimentaire en évitant d’exposer ses objets de valeur pour ne pas attirer l’attention.

Au passage, sachez qu’il y a un règlement propre à chaque pays sur les produits autorisés ou non à rentrer sur leur territoire. Souvent les interdictions portent sur les produits dérivés d’animaux et de plantes.

Ainsi en Nouvelle-Zélande ou en Australie par exemple, vous ne pourrez pas passer à coté du service des douanes et de la quarantaine. La politique de biosécurité des néozélandais va jusqu’à vérifier le matériel des campeurs (qui doit être propre) qu’il vous est obligé de déclarer dans l’avion avant l’atterrissage pour le passage à la douane. Lors de notre tour du monde, nous avions eu un petit doute sur les chocolats rapportés par un ami qui nous a rendu visite avant les fêtes en Nouvelle-Zélande. A priori pas de problème !

Le miel est un produit considéré à risque et peut parfois trainer au font de votre sac sans que vous y pensiez (mini-pot en rab d’un petit-déjeuner d’un hotel ou guesthouse). Les douaniers qui ont fouillé notre sac (bus entre Salta à Santiago) entre l’Argentine et le Chili ont tiqué et jeté notre échantillon de miel un peu énervé ! En cas de doute pour ces pays intransigeant mieux vaut se renseigner avant sur les denrées interdites et déclarer en cas de doute plutôt que de risquer une amende pouvant aller jusqu’à 250 euros comme en Nouvelle-Zélande.

Allez, aux frontières on reste polis en toutes circonstances … et on résiste à la tentation de prendre des photos ! A ce sujet vous pouvez poursuivre la lecture avec notre petit article sur la sécurité en voyage.

Article précédent

Mise à jour du planificateur de voyages : version 2.2 de février 2017

Article suivant

C'est l'article le plus récent.

6 Commentaires

  1. Nicolas
    22 février 2017 à 10 h 36 min — Répondre

    Bonjour,

    Tout d abord merci pour votre article très détaillé.
    Vous mentionnez le fait qu un visa touristique est généralement valable durant une période de 3 mois. Ce qui veut dire que la validité du visa débute au moment où on l obtient en france dans une ambassade ? Est il possible de prevoir une date d arrivee dans le pays visité de façon à débuter la periode de validité lirsqu on arrive dans le pays ?

    • 23 février 2017 à 7 h 16 min — Répondre

      Non la date de début de validité, c’est la date d’émission du visa ! C’est pour cette raison que nous avions dû pour notre part, faire nos visas pendant notre tour du monde car les pays qui nécessitaient des visas arrivaient plus de trois mois après notre départ.

  2. Nicolas
    23 février 2017 à 8 h 36 min — Répondre

    Merci pour la réponse! Je prépare actuellement un tour du monde d’un an, Alaska, USA, Mexique, Amerique du sud, Australie, Thailande, indonésie, japon et transiberien pour revenir en europe 🙂

    Merci pour votre temps, votre travail, vos conseils très utiles que je lis avec plaisir et qui m’aident beaucoup !

  3. vieuxchameau
    6 avril 2017 à 18 h 18 min — Répondre

    Excellent article très précis et détaillé mais concernant l’Afrique Noire: Savez vous s’il est possible de faire son visa d’un pays à l’autre….J’écris ce message très bref car j’ai déjà écrit un commentaire mais au moment de l’envoyer, mon ordi m’a informé que la page n’existait pas……et donc message effacé !!!!
    Bien Cordialement

    • 7 avril 2017 à 7 h 27 min — Répondre

      Merci pour cette précision.

      Qu’entends-tu par d’un pays à l’autre ? Visa à la frontière ?

  4. vieuxchameau
    7 avril 2017 à 7 h 54 min — Répondre

    Exactement: Je compte retourner en Asie, revenir par le Moyen Orient et terminer mon périple en découvrant la corne de l’Afrique Noire mais dans ce dernier cas, il semble qu’à l’Ouest (Congo, Gabon etc) les visas doivent être obtenus à partir de la France…..Effectivement faire son visa à la frontière est très intéressant quand c’est possible et c’est ce que je recherche ou alors faire son visa du pays où l’on se trouve vers le pays suivant (Exemple Cambodge vers Vietnam)
    Mon périple doit durer environ 1 an comme je l’ai fait sur le continent Américain mais là, on n’a pas besoin de visa! Je précise que vu mon âge, les « administratifs » sont parfois compréhensifs….mais j’envie quand même la personne citée dans le reportage et qui voyage seule à 85 ans……Chapeau à elle!

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *