Last updated on novembre 10th, 2014 at 08:53

Il y a peu de rencontres désagréables avec la faune néo-zélandaise (pas d’araignée venimeuse, pas de serpent, pas de crocodile) hormis avec la petite cousine du moustique, la sandfly qui dévore les campeurs en bien moins de temps qu’il faut pour l’écrire.

Voici le résultat d’une attaque de sandfly

Avant l’arrivé de l’Homme (les Maoris puis les européens), la Nouvelle-Zélande était une terre d’oiseaux dont le plus célèbre, le Kiwi, est en voix de disparition.

Rencontre attendrissante sur la presque Ile d’Otago avec les Manchots à œil jaunes rarissime (il y en reste 5000 dans le monde entier dont la moitié en Nouvelle-Zélande) qui peuvent mensurer jusqu’à 65cm de haut, pêchent la journée dans la mer et rentrent le soir par la plage pour se cacher dans les arbres et buissons.

Pingouins à oeil jaune bien cachés dans la péninsule d’Otago

Rencontres amusantes sur les plages avec les Oyster Catcher  (huitriers) qui jouent même parfois à se courir après.

Oystercatcher à Wellington

Sur les côtes de l’île du sud, nous avons aussi pu observer les cormorans perchés sur les falaises en bordure de mer.

Cormorans perchés dans le parc national Abel Tasman

Dans les étangs et estuaires, on découvre  entre autre l’élégant cygne noir et le Pukeko (ou poule sultane) aux grandes pattes se déplaçant en famille.

Cygnes noirs sur la péninsule d’Otago

Famille de Pukeko

Enfin, il nous faut citer une rencontre ratée avec l’albatros royal, oiseau marin le plus grand au monde (jusqu’à 3m d’envergure), en raison du brouillard exceptionnel ce jour là et l’absence de vent à la pointe de la presqu’île d’Otago.

Albatros empaillés au superbe Canterbury Museum à Christchurch

C’est les humains qui introduisirent en Nouvelle-Zélande les mammifères  pour la chasse tels :

Le cerf,

Alerte rouge ! Des frogs se rapprochent de notre territoire

Le possum pour sa fourrure. Malheureusement, ils envahissent aujourd’hui la Nouvelle-Zélande et détruisent des tonnes de végétaux dont ils se nourrissent et représentent un réel problème pour les néo-zélandais qui engagent une véritable guerre contre cet animal. Une bière est offerte dans certaines régions contre un possum et la nuit on peut voir des conducteurs accélérer pour leur rouler dessus.

Un des nombreux possum que l’on croise sur les routes

D’autres qu’ils peuvent élever pour se nourrir : les vaches et les moutons (ces derniers sont 34 millions environ ce qui représente 8 moutons pour un néo-zélandais !).

Inutile de préciser que nous avons très rapidement arrêté de compter les …

Enfin, nos rencontres les plus impressionnantes avec la faune sont surement celles avec les animaux marins :

Des  orques de manière totalement imprévue sur Oriental Bay à Wellington.

Ailerons d’orques dans Oriental Bay à Wellington

Des otaries à fourrure

Conciliabule entre une otarie et un lion de mer

Des lions de mer de Hooker, très intimidants,  à quelques mètres de nous sur une plage privée de la péninsule d’Otago (les males peuvent atteindre jusqu’à 3 mètres de long et peser 400 kilos).

Maman lion de mer suivie par son petit

Informations pratiques pour les futurs voyageurs :

Les animaux rencontrés sur la péninsule d’Otago l’ont été à l’occasion d’une balade de six heures avec Elm Wildlife Tours (99 dollars plein tarif et 89 pour les étudiants, http://www.elmwildlifetours.co.nz/) pour augmenter nos chances de les observer, de les photographier et minimiser notre intrusion dans leur milieu (grâce à la connaissance des guides naturalistes et aux aménagements comme les cabanes d’observation) car ces espèces sont facilement perturbables.

Article précédent

En route au cœur des paysages fabuleux de l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande

Article suivant

Petit guide pratique des bus en Argentine

4 Commentaires

  1. christian R
    3 janvier 2012 à 11 h 58 min — Répondre

    Vous sembliez très proche des animaux sauvages…Heureusement que les Otaries ne courent pas trop vite!

    • 5 janvier 2012 à 6 h 09 min — Répondre

      Et bien en fait les otaries peuvent se déplacer à 8km/h soit plus de 2m/s sur le sable. Quand elle s’est avancée droit sur nous, on a pas fait les malins et notre guide non plus !

  2. 19 mai 2015 à 12 h 34 min — Répondre

    Bonjour, je viens de découvrir votre blog (merci pour votre abonnement à ma page Facebook) et c’est une vraie mine d’informations sur la Nouvelle-Zélande (je suis en train de lire tous vos articles)… Est-ce que vous pourriez me dire à quelle époque vous êtes allés dans ce magnifique pays? Je rêve de voir des orques et je vois que vous avez eu de la chance 🙂

    • 19 mai 2015 à 13 h 53 min — Répondre

      On y était en novembre mais selon les années (quand on y était par exemple :-)) il y pleut encore beaucoup !!!
      Oui l’orque ce fut un heureux hasard, on se baladait à Wellington et là un mec s’arrête devant nous en se garant un peu n’importe comment au bord de la route, ouvre son coffre et sort un énorme appareil photo avec un objectif avec lequel tu dois pouvoir prendre un poil de nez à 300 mètre et le pose face à la baie. Curieux on regarde dans la direction et là, ho magie, un orque !!!!

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *