Lors d’un voyage au long cours, on revient très rapidement aux besoins primaires définis par Maslow dans sa pyramide des besoins. Ces besoins élémentaires sont les éléments indispensables à notre survie : respirer, boire, manger, se loger, se protéger du froid et de la chaleur, se reproduire ou encore se défendre contre les agressions… Une question que l’on se pose tous les jours en voyage est ainsi : « Mais où allons nous dormir ce soir ? ». C’est également l’une des questions qui revient le plus souvent quand on nous interroge sur notre tour du monde.

Nous allons essayer de vous donner quelques pistes pour vous rassurer avant de partir, mais sachez qu’une fois sur place toutes ces questions vous paraitront évidentes et que dénicher la chambre rare, propre, peu cher et bien placée deviendra votre quotidien. Le logement est un des postes principaux des dépenses que l’on a en voyage (environ 1/3 du budget). En voyage au long cours le budget n’étant pas extensible, nous avons donc  alterné entre nuits roots et nuits plus confortables.

Que ce soit pour un voyage de plusieurs mois ou pour un week-end de vacances, il existe de nombreuses solutions pour se loger. La différence entre des vacances courtes et un tour du monde, c’est que l’on n’est pas toujours prêt à faire les mêmes concessions. En week-end, on va souvent préférer le confort et la localisation de son logement tandis qu’en voyage au long cours le coût, l’originalité (éco-habitat, hamac dans la jungle cambodgienne, …) et la possibilité de faire des rencontres seront vraisemblablement les éléments qui vous feront choisir un hébergement plutôt qu’un autre.

Pour nous, le type de logement est fortement lié aux pays dans lesquels on voyage, s’il est commun de faire du camping en Amérique du Sud ou en Nouvelle-Zélande, nous n’avons croisé aucun voyageur qui pratiquait la nuit à la belle étoile en Asie.

Lit traditionnel chauffant (au feu de bois) dans les montagnes chinoises

Lit traditionnel chauffant (au feu de bois) dans les montagnes chinoises

Mais alors, je dors où ce soir ?

A la belle étoile ?

Le moyen le plus économique pour se loger tout autour de la planète c’est de dormir à belle étoile (sur un banc, dans un parc, …) ou sous la tente. En fonction de la fréquence à laquelle vous pensez utiliser ce mode d’hébergement, il pourra être intéressant de partir avec votre matériel. Si en Nouvelle-Zélande, le paradis des campeurs, il est très facile de poser sa tente un peu n’importe où, dans d’autres pays le faible coût du logement (au Vietnam nous trouvions des chambres privative pour moins de 5$ la nuit) n’incite pas à utiliser ce mode d’hébergement. Si vous ne pensez ne l’utiliser que pour quelques treks, il est souvent possible d’en louer une sur place ou d’en acheter une à des voyageurs qui terminent leur périple, ce qui vous évitera de la porter pendant toute la durée de votre voyage alors que vous ne l’utiliserez qu’à la fin. A noter, que le camping sauvage est interdit dans quelques pays (comme l’Australie par exemple) et que le prix d’un emplacement dans un camping peut vite faire monter l’addition. Pour notre part, nous n’avons pas fait de camping mais avons dormi plusieurs fois à la belle étoile lors de treks au Cambodge ou en Birmanie.

Nuit à la belle étoile dans la jungle du Mondolkiri

Nuit à la belle étoile dans la jungle du Mondolkiri

Dans son véhicule roulant ?

L’alternative au camping est de dormir dans sa voiture ou dans son camper-van. Cette option permet de faire d’une pierre deux coups en regroupant le logement et le transport (autre poste de dépense important en voyage). Nous avons voyagé de cette matière en Australie et en Nouvelle-Zélande et vous invitons à lire notre article sur la question pour plus de détails pratiques. Ce mode de voyage permet d’être entièrement libre de ses mouvements et ne pas avoir besoin de porter ses sacs à dos pendant de longues heures. Se déplacer avec sa maison est vraiment un luxe que nous vous invitons à tester. Notre coup de cœur logement de notre voyage.

Aire d'autoroute en Australie

Aire d’autoroute en Australie

Chez des gens ?

On est pas tous des Antoine de Maximy (de l’émission « J’irais dormir chez vous ») et on n’aime d’ailleurs pas forcément le côté intrusif de certaines de ses rencontres ; mais d’autres comme dans « Nus et culottés » laissent plus de place à l’échange en offrant de bonnes soirées animées à leurs hôtes ou en leur rendant des petits services avant de quitter la maison. Et même dans la vraie vie, il est courant que les voyageurs trouvent au détour d’un chemin une bonne âme leur proposant de les héberger.

Dormir gratuitement chez l’habitant peut aussi se faire de manière plus organisée  via les hospex (des réseaux de personnes proposant de recevoir chez eux des voyageurs) comme le très connu Couchsurfing. L’inconvénient de ce type d’hébergement est qu’il faut s’y prendre un peu à l’avance pour trouver un hôte et que c’est parfois compliqué dans les villes très demandées.

N’hésitez pas à faire fonctionner votre propre réseau qui pourrait vous faire rencontrer les amis de vos amis et vous faire passer quelques nuits chez eux. Par exemple, nous avons été accueilli par un ancien copain de promo à Shanghai ou encore un ami d’une amie à Tokyo. Ne sous-estimé par cette piste, elle pourrait vous étonner.

Et les hôtels, c’est bien ? C’est quoi la différence entres toutes les appellations ?

Auberges de jeunesse, backpackers, guest-house, hôtels, ryokans, autant d’appellations pour désigner les lieux où l’on est amené à dormir lorsque l’on voyage.

En Amérique du Sud, nous avons plutôt été amené à dormir en auberges de jeunesse (appelées  « Backpacker » en Australie et Nouvelle-Zélande) ou chez l’habitant. L’intérêt de ce type de logement est de pouvoir se faire à manger (ce qui n’est pas négligeable car la nourriture est assez onéreuse en Argentine et au Brésil) et de rencontrer d’autres voyageurs ou des locaux. Par exemple, nous avons passé des soirées extraordinaires à échanger avec nos trois mots d’espagnol avec nos hôtes Marie et Julian lorsque nous logions dans une leur chambre qu’ils louent pour arrondir leur petite retraite. Pour ce qui est de dormir en chambre privative ou en dortoir, nous avons remarqué que la plupart du temps deux lits en dortoir coutait le même prix qu’une chambre pour deux personnes.

A l'auberge El Puesto à San Antonio de Areco en Argentine

A l’auberge El Puesto à San Antonio de Areco en Argentine

En Asie, on trouve très peu d’auberges de jeunesse, le logement le plus présent est un mixte entre petit-hôtel et hébergement chez l’habitant nommé la guest-house. Des chambres qui pour la plupart du temps ressemblent plus à des hôtels qu’à l’image du logement chez l’habitant que l’on peut avoir. On en trouve à tous les prix, du très abordable au moins abordable, avec un confort qui peut fortement varier en fonction des villes. Nous avons testé un peu tous les types de guest-house, de la version très familiale à Siem Reap, à la déserte à Kyaukme ou la très touristique à Ho Chi Minh. Il est rare d’avoir accès à une cuisine dans ces établissements mais la nourriture est très abordable en Asie et l’on peut se permettre d’aller manger dans la rue pour seulement quelques dollars. Le seul point négatif concerne le petit déjeuner qui n’est pas souvent inclus dans le prix (hormis en Birmanie où nous avons manger les meilleurs petits déjeuner de notre voyage). Nous achetions en général quelques yaourts et des céréales que l’on mangeait en se levant avant de partir en balade car les petits déjeuner (lorsque nous en avons pris), nous coûtait aussi cher que les repas de toutes la journée (il faut dire que re-manger encore du riz le matin ne nous enchantait pas plus que ça non plus).

Pour se reposer des logements un peu précaires (et oui on ne dort pas dans un palace tous les soirs en tour du monde !), on s’est quelques fois fait plaisir avec une guest-house de plus haute gamme comme à Kâmpôt ou un bungalow en bord de plage sur une île paradisiaque. Il nous semble important de savoir se faire plaisir, même si nous préférions prendre un bon repas plutôt qu’avoir une superbe chambre, nous avons apprécier pouvoir prendre une douche chaude et dormir sur un matelas confortable après plusieurs nuits à dormir dans endroits parfois plus que rustiques.

Comment économiser quelques nuits et quelques euros ?

Lors de notre voyage, nous avons souvent dormi dans les bus et les trains de nuit. En effet, cela permet d’économiser du temps et des nuits d’hébergement. Dans certains pays comme en Argentine, on dort assez bien car les bus sont adaptés tandis qu’à d’autres endroits c’est plus chaotique et on a eu parfois l’impression d’avoir passé une nuit blanche.

On a également eu l’occasion de tester la nuit à l’aéroport, pas franchement confortable mais cela peut dépanner.

Nuit à l'aéroport de Christchurch

Nuit à l’aéroport de Christchurch

Renoncez la plupart du temps à la climatisation. Ce n’est pas parce qu’il fait chaud dans un pays que la climatisation est nécessaire. Notre corps s’adapte assez vite et les ventilateurs suffisent la plupart du temps pour arriver à s’endormir. Et en plus d’être écologique, c’est souvent très économique car la chambre avec climatisation peut parfois coûter presque le double que la même chambre avec un simple ventilateur, surtout dans les pays où l’électricité est onéreuse.

Pour économiser encore quelques euros, cela peut valoir le coût de s’équiper un peu avant de partir (un bouche évier, un fil à linge et trois épingles) et laver son linge soi-même soit même sous la douche ou dans un petit lavabo. Surtout que dans les pays chaud pour peu d’avoir un ventilateur et de ne pas être en pleine saison humide, le linge est sec le lendemain. En Amérique du Sud, nous avons fait laver plusieurs fois notre linge car c’était abordable et l’on payait au kilo de linge, tandis qu’en Asie nous ne l’avons fait laver que deux ou trois fois, lorsqu’il commençait à devenir un peu trop sale, car cela était facturé à la pièce.

Comment sécher son linge rapidement à gauche et douche typique des guest-house asiatique à droite

Comment sécher son linge rapidement à gauche et douche typique des guest-house asiatique à droite

Je réserve à l’avance ?

Le choix va dépendre de la ville, de la période et de ce que l’on recherche. Dans les grandes villes ou à l’occasion d’un événement particulier (la semaine des cerisiers en fleur à Kyoto par exemple), les hôtels peuvent être pris d’assaut, il peut alors être très compliqué de trouver un hôtel dans son budget. Dans ces conditions, il est préférable de réserver plusieurs jours (la majorité du temps) voire plusieurs semaines (plus rarement) à l’avance. Lors de notre tour du monde, nous avions réservé nos logements pour seulement quelques étapes clés comme notre séjour au Japon car comme nous l’avons écrit dans notre article sur le sujet, se loger au Japon peut coûter très cher si l’on ne prévoit pas et il en est de même à Hong Kong. Aussi, lorsque nous arrivions tard dans un nouveau pays, nous aimions jouer la carte de la sécurité afin d’avoir une adresse où nous rendre. Nous réservions également pour certains lieux sur lesquels les voyageurs croisés sur notre route nous en avait dit beaucoup de bien ou dans nos étapes « ce soir on se fait plaisir » afin d’être assuré d’avoir une place dans le bungalow avec vue sur la mer !

Les paillotes des Manguiers

Les paillotes des Manguiers

A la question faut-il ou ne faut-il pas réserver, on répondrait donc que ceci dépend du besoin de chacun de planifier pour être serein et du contexte. Si c’est pour un week-end en amoureux, on conseillerait de réserver un hébergement plutôt que de perdre deux heures à l’arrivée pour trouver un hôtel. A contrario, si c’est un voyage au Cambodge, pas besoin de réserver, on trouve des guest-house à tous les coins de rue. On a croisé des voyageurs qui pouvaient nous dire à la minute près leur emploi du temps des semaines à venir avec leur activité et leurs hébergements et d’autres qui ne savaient pas où ils allaient dormir le soir même.

De notre côté, nous avons alterné les deux. Nous n’avons jamais eu de problème pour nous loger, parfois on a râlé, fait des kilomètres avec notre sac à dos, stressé un peu car l’hôtel réservé par mail nous annonçait qu’il n’a en fait plus de chambre et que nous devons partir en pleine nuit trouver un hôtel dans une ville inconnue (et que l’on nous a bien conseillé de réserver car c’est la pleine saison et que tous les hôtels sont pleins). Mais ces expériences sont toutes aujourd’hui de bons souvenirs.

Pour finir sur cette question, les sites de réservation sur internet sont tous très sûrs, nous n’avons jamais eu de soucis avec ceux que nous avons pu utiliser lors de notre périple. Par contre, les avis quant à eux ne sont pas toujours très pertinents et on a parfois eu de mauvaises comme de bonnes surprises. Ce qu’il faut bien prendre en considération c’est que c’est plus souvent les mécontents qui rédigent des avis mais ceci n’est pas forcément représentatif de la qualité ou de médiocrité d’un établissement car certains tentent également d’obtenir des bonnes critiques en soudoyant un tant soit peu les voyageurs qui passent dans leurs hôtels. Pour économiser quelques euros, il est parfois intéressant de chercher son hôtel sur les plateformes de réservations puis d’aller vérifier que le prix n’est pas moins cher directement sur le site internet de l’hôtel dans lequel vous voulez séjourner.

Quelques astuces avant de partir ?

Comme vous avez dû le comprendre, en fonction des pays, les endroits dans lesquelles vous dormirez ne seront pas tous nickels. Si vous êtes maniaques de la propreté vous allez vite passer outre ou vivrez plus ou moins bien votre tour du monde. Aussi, pour ne pas s’embêter avec des literies douteuses et pouvoir s’endormir un peu n’importe où, nous avions emportez avec nous un sac à viande deux places fait maison avec housse de couette en coton une personne que nous avions fait amélioré par la maman de Aude. Accompagné de deux taies d’oreillers, nous avons pu dormir en toute sérénité n’importe où.

Deux petites sacs de couchage peuvent également être très pratique lorsque l’on dort chez des gens ou dans les bus de nuit (en Asie, la climatisation fonctionne à fond en plus du karaoké qui vous hurle dans les oreilles).

A l'intérieur d'un bus cama en Argentine

A l’intérieur d’un bus cama en Argentine

Par ailleurs, n’hésitez pas à laisser vos gros sacs dans les hébergements après y avoir passé une nuit afin de faire une ballade dans les alentours en toute légèreté pendant plusieurs jours.

Il ne faut pas avoir peur de négocier les prix, il nous est arrivé de payer deux fois moins cher que le prix affiché à l’accueil après seulement quelques minutes de discussion (toujours demander si ils n’ont pas une chambre moins chère que la moins cher qu’ils vous ont annoncées).

Dernière astuce, la meilleure source d’information pour trouver la perle rare, c’est d’échanger ses bons plans avec les autres voyageurs croisés sur la route. Par exemple, nous ne serions jamais allé à Koh Chang, si plusieurs voyageurs croisés au Cambodge et en Birmanie ne nous avaient pas mentionné cette île de Thaïlande et le beau ressort où nous avons passé quelques nuits reposantes après la Birmanie.

Et vous, quelles sont bons plans pour vous loger en voyage ?

Recherches qui ont permis de trouver cet article : differents types de logement dans le monde

Article précédent

Petit guide de survie au bout du monde ou la sécurité en voyage

Itinéraire tour du monde, toute une histoire !
Article suivant

Petit guide pratique pour concevoir son itinéraire tour du monde

12 Commentaires

  1. 27 avril 2013 à 22 h 53 min — Répondre

    Super complet et bien écrit votre article, je partage 😉
    Pour les bus, il n’y a pas que les karaokés asiatiques parce qu’en Argentine on a aussi droit aux concerts de J.Lo et d’Enrique…same-same but different !
    Et vous m’avez donné trop envie de tester le « lit traditionnel chauffant ». Le nom du lit fait rêver mais en vrai c’est aussi bien ?!

    • 28 avril 2013 à 8 h 24 min — Répondre

      Merci du compliment.

      Oui c’est vrai qu’en Argentine il y avait aussi des concerts (cependant moins kitsch que les karaokés cambodgien), mais dans les bus de nuit (en tout cas ceux qu’on avait fait), il baissait le volume la nuit (en général ils arrêtaient la télé à 22h et éteignaient les lumières) tandis qu’en Asie c’est toute la nuit à fond (notre première nuit de bus en Birmanie n’a pas été de tout repos) !!!! Mais sinon ca se vaut en journée !

      Un lit traditionnel chauffant… alors il fait très froid dans les montagnes chinoises. L’hiver, les températures ont tendance à descendre très très bas et ils n’ont pas de chauffage. Le lit est constitué d’une plateforme en béton sur laquelle on dort et en dessous de celle-ci, un foyer où l’on place du bois pour chauffer le lit. C’est un peu dure comme lit car il n’y a pas de matelas mais les sur-couches de couvertures permettent d’adoucir un peu le lit. Le lit fait environ trois mètres sur trois et toute la famille dort ensemble pour se tenir bien au chaud.

  2. La Petite Frenchie
    4 mai 2013 à 13 h 47 min — Répondre

    Super article! Merci pour tous ces conseils! 🙂

  3. Nicole dezandez launay
    13 mai 2013 à 13 h 44 min — Répondre

    Très intéressant.
    J’ai 66 ans et je voyage avec une amie qui en a 74.
    Dire que ça dure plusieurs mois serait faux mais nous nous sommes déjà offert48 jours en Chine avec pour seul point de chute hotelier 1 nuit à Hong Kong car l’avion arrivait à 23h 30 et 1 nuit à Yuanshuo pour avoir le visa plus facilement. Nous restions en général qq jours dans les endroits d’ou nous itinérions (Chine du sud ouest et descente du yangzé en bateau.
    Nous n’avons jamais eu de pb quelque ce soit.
    Vu notre age nous privilégions les hostelworld et de temps en temps un bel hotel ne dépassant pas 30 euros pour 2 déniché sur agoda.com pour nous refaire une santé.
    pour les repas nous prenions un bon repas par jour et 1 soupe le soir.
    Transports en commun (bus et train) hors les 3 jours de croisière sur un bateau chinois.
    Budjet : 1500 euros/personne hors billet d’avion.
    Nous en gardons un super souvenir et sommes prêtes à finir le périple (Chine de l’est)
    Par ailleurs nous parcourons souvent l’Afrique de l’ouest en logement en mission ou petits campements pas chers tjs super sympas.

  4. Anne
    20 juin 2013 à 7 h 58 min — Répondre

    Bravo pour cet article très intéressant ! Personnellement, j’opte pour la location de chambre ou de studio sur le site bedycasa ! C’est assez abordable selon les pays et surtout je n’oserai jamais dormir à la belle étoile 🙂

  5. 2 juillet 2013 à 15 h 29 min — Répondre

    Sympa l’article et vraiment complet (c’est tellement rare vu que les gens préfèrent écrire des articles courts).

    Personnellement, lorsque je voyage, je ne me pose pas trop la question du logement, j’aime bien me laisser aller et voir ce qui va se passer.

    En général, lorsque j’arrive dans un endroit pour une longue durée, je prends quelques jours dans un endroit décalé de la ville et puis après je vois une fois sur place. En tout cas j’aime bien essayer des choses décalées: capsule hôtel, manga café, prison hôtel, île bagne déserte, camping dans une mine abandonnée, …

    • 5 juillet 2013 à 13 h 31 min — Répondre

      Merci pour le compliment.

      Disons que l’on se pose la question au début et c’est une question que beaucoup de gens nous posent… après c’est clair que lorsque l’on est sur la route, on se pose beaucoup moins de questions et on laisse libre court à l’imprévu et aux originalités aux détours d’un chemin.

      Manga café, on voulait essayer mais on a pas trop eu le temps… faut qu’on retourne au Japon, il y a trop de trucs qu’on n’a pas eut le temps de voir 😉

  6. vacances île Maurice
    3 mars 2015 à 5 h 08 min — Répondre

    C’est le genre d’article où les voyageurs en herbes attendent d’un blog, les astuces et les petits conseils sont toujours les bienvenus pour nos chers lecteurs…merci de prendre le temps de nous partager tes expériences.

  7. Alice
    5 mars 2015 à 17 h 10 min — Répondre

    Il est vraiment très intéressent votre article, merci pour ces conseils ça aide beaucoup lorsqu’on voyage!!L Ce lit traditionnel chauffant chinois m’intrigue beaucoup, j’aimerai bien l’essayé un jour.
    Alice

  8. 5 octobre 2016 à 14 h 12 min — Répondre

    Super article plein d’astuces.

    Le réseau d’amis, ca marche c’est vrai qu’on l’oublie souvent. J’ai mis en relation un ami en voyage avec un autre ami qui habitait à Pékin. Ils se sont super bien entendu et me remercient encore de les avoir fait se rencontrer comme ça 🙂

    En préparation de notre tour du monde en famille avec deux jeunes enfants, j’ai rédigé un article de synthèse qui permet d’avoir une vue d’ensemble complète des différents types d’hébergement disponibles.

    Nous aimons varier les plaisirs, et en famille, on cherche aussi peut être davantage de confort, mais je pense que l’article peut être utile finalement à beaucoup de voyageurs :
    http://www.voyagebaby.com/2016/10/vue-densemble-des-differents-types.html

    • 26 janvier 2017 à 9 h 25 min — Répondre

      Merci pour le partage et bien d’accord avec vous concernant le réseau !!!

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *